Comptes-rendus des activités

•••   Retour   •••

23 juin 2019

Viva la bicicletta !!!!

23 juin 2019 : La gare de Marbehan voit débarquer une joyeuse troupe de cyclistes. Sur le parking, une dizaine de tandems livrés par Lucas et notre fidèle camionnette Libellule sont alignés et prêts pour le départ. La journée sera ensoleillée, la canicule s’annonce pour les prochains jours. Briefing de la Capitaine Mano et annonces du jour par Catherine autour d’un délicieux cake au carottes. Les équipes de tandems se forment encadrées par de nombreux signaleurs, que du bonheur !

Marbehan et ses environs se déclinent dans toutes les nuances de vert et les fleurs du printemps s’attardent encore dans les sous-bois et tout le long du chemin. Les routes sillonnent à l’ombre des forêts et au milieu de prés fauchés. Doux parfums d’herbe coupée, de sureau, de seringat et autres plantes délicieuses. Les hautes herbes caressent nos mollets et le chant des oiseaux nous accompagne tout au long du parcours. Au bout d’un moment, la horde s’étire un peu, mais heureusement les signaleurs sont au taquet pour nous guider à chaque embranchement.

Une première pause en haut d’une côte, au pied d’une statue de Jésus qui nous accueille à bras ouverts. Et réparation de la première et unique crevaison du jour.

Nous repartons à l’assaut et cette fois il s’agit de traverser la N4 au niveau de Schockville, petit stress, mais, tous pour un et un pour tous, nous passons sans encombres.

Les chemins champêtres se faufilent parfois dans l’ombre rafraîchissante des forêts parsemées de digitales. Nous approchons de Nothomb où nous attend notre halte de midi. Les clôtures le long des bois nous rappellent que nous sommes en zone de peste porcine : le pain saucisse de ce midi ne sera hélas pas du pur porc gaumais. Qu’à cela ne tienne, les bières locales auront tôt fait de nous consoler : de la Diekirch (nous sommes à 2 km du Grand-Duché) à l’Orval en passant par la Rulles et la « La Pa » (l’a pas de nom…) nous nous hydratons un maximum. Une bière vaut deux tartines, à ce train-là nous serons à Paris ce soir….

C’est sans compter sur Nobressart et sa côte légendaire : devant nous, en plein cagnard, une route qui monte jusqu'au ciel ! En ce lieu, ceux qui chevauchent un tandem électrique sont bénis des dieux. Et les autres sont bien courageux ! Après avoir vaincu cette montagne, nous sommes récompensés par quelques incursions sur les chemins feutrés de quelque forêt ; fraîcheur et quiétude, pourvu que ça dure…

Encore quelques descentes vertigineuses, puis des chemins non macadamisés nous emmènent le long de la Rulles où les étangs s’égrènent jusqu’au Pont d’Oie, un lieu magnifique où Libellule nous attend pour une dernière collation avant de reprendre la route vers Marbehan.

Et c’est déjà la fin du parcours, la fin d’une magnifique journée et d’un superbe itinéraire.

Un tout grand merci à tous et à chacun d’entre vous pour cette journée riche en bonheur. Et à la prochaine pour de nouvelles aventures !

Françoise Baudoin