Comptes-rendus des activités

•••   Retour   •••

Dimanche 21 octobre 2018

Lumineuse randonnée automnale vers un des plus beaux villages de Wallonie : Crupet

C'est ce 21/10 que 8 tandems et leurs accompagnateurs quittèrent la caserne du génie à Jambes pour emprunter les routes qui allaient leur permettre de rejoindre Crupet après être passés par Dave, Lustin, Godinne et Yvoir.
Petit à petit, la grisaille matinale fit place à un soleil généreux qui allait inonder les paysages variés de sa lumière.
Les participants apprécièrent particulièrement la longue montée en faux plat le long du Bocq à partir d'Yvoir jusqu'à Crupet.
Il nous y arriva même de croiser quelques jeunes africains (résidant au centre pour réfugiés) sur de vieux vélos, découvrant avec étonnement nos "drôles de machines".
Face à la grotte dédiée à St Antoine de Padoue vénéré dans la région, l'auberge Le Pachis nous accueillit pour le repas de 13h.
L'ambiance y fut conviviale et les repas servis de qualité.
Plusieurs personnes profitèrent de "la récréation" après le diner pour gravir les marches qui menaient au sommet de cette grotte monumentale.
Il est étonnant d'apprendre qu'au début du 20e siècle, l'abbé Joseph Gérard remarquant que le socialisme progressait et commençait à contaminer les ouvriers carriers de la contrée décida de réagir. Il fallait un grand projet mobilisateur pour les occuper le dimanche.
Ainsi naquit l'idée de la grotte qui mobilisa les jours de repos ces pauvres ouvriers entre 1900 et 1910.
300 tonnes de pierre furent nécessaires. La statue du diable pèse 700 kg.
La visite terminée, nos cyclos "endiablés" enfourchèrent leurs "bécanes" pour quitter ce beau village tout en admirant, sur leur gauche, un beau donjon datant du 13e siècle.
Le bâtiment acquis en 2009 par un hollandais, Mr De Bever, est en pleine restauration.
La montée "digestive" vers Assesse ne fut pas une sinécure mais cette difficulté vaincue, chacun découvrit avec plaisir une belle descente sinueuse vers la vallée du Samson, se rappelant peut-être, à l'image de la vie, cette phrase de Marcel Proust: il y a des jours montueux et malaisés qu'on met un temps infini à gravir et des jours en pente qui se laissent descendre à fond de train en chantant.
Une dernière halte de ravitaillement au pied du château de Faulx-les-Tombes permit à chacun de recharger ses accus avant de quitter cette splendide vallée pour rejoindre le chemin de hallage qui, à partir de Namêche, nous permit de retourner à Jambes en suivant la Meuse, tout en admirant les majestueux rochers de Marche-les-Dames.
A l'arrivée, les sourires affichés attestaient du degré de satisfaction des "vaillants cyclos de cœur" qui se promirent de se revoir bientôt lors de la randonnée du 11 novembre, "le tour des forts".

Francis